La lutte bio et la lutte intégrée

Introduction

Aujourd'hui, les agriculteurs souhaitent produire plus et mieux tout en limitant leurs impacts sur leur territoire. Ainsi, pour réduire les effets sur l'environnement ou encore la santé, ces derniers se tournent vers la lutte intégrée et plus précisément la lutte biologique pour limiter la pression des ravageurs sur les cultures tout en réduisant l'usage des produits phytosanitaires.

Mais parler de « lutte biologique », c'est en premier lieu parler de relation entre les êtres vivants, c'est favoriser le prédateur naturel du ravageur pour le maintenir sous contrôle, et c'est aussi prévenir en associant et en tirant bénéfice des spécificités des plantes cultivées.

Face à un système complexe d'interactions naturelles et biologiques, il nous apparait alors nécessaire de démarrer la formation par cette plateforme wiki !


traitorange

1. Qu'est ce que la lutte bio ?


La lutte biologique est l'ensemble des méthodes de protection des végétaux par l'utilisation de mécanismes naturels.

Cet ensemble vise à la protection des plantes par le recours aux mécanismes et interactions qui régissent les relations entre espèces dans le milieu naturel. Ainsi, le principe de cette lutte est fondé sur la gestion des équilibres des populations d'agresseurs plutôt que sur leur éradication.

On cherche alors à utiliser les prédateurs naturels (ou auxiliaires, espèces antagonistes, agents de lutte biologique) des ravageurs pour éliminer ces derniers, ou du moins, réduire leur nombre.

Dans certains cas, la lutte biologique peut s'appuyer sur des produits dits de " biocontrôle " qui se classent en 4 familles :

  • Les macro-organismes auxiliaires sont des invertébrés, insectes prédateurs entomophages (coccinelles, mirides), parasitoïdes (parasites vivant aux dépens d'un hôte qui meurt après leur développement de type micro-hyménoptères), acariens (Phytoseiulus persimilis) ou nématodes utilisés de façon raisonnée pour protéger les cultures contre les attaques des bio-agresseurs.


  • Les médiateurs chimiques comprennent les phéromones d'insectes et les kairomones. Ils permettent le suivi des vols et le contrôle des populations d'insectes ravageurs par le piégeage et la méthode de confusion sexuelle.

  • Les substances naturelles utilisées comme produits de biocontrôle sont composées de substances présentes dans le milieu naturel et peuvent être d'origine végétale, animale ou minérale (ex : décoctions, biopesticides...)


  • Les biostimulants ou "stimulateur de la vitalité des plantes" ne font pas partie de ces produits même si ceux-ci peuvent contribuer à améliorer l'état physiologique des plantes.
  • Enfin, dans la lutte contre les adventices il est possible de mettre en place une espèce plus combative qui occupera alors le milieu, au détriment du développement de l'espèce pathogène.

paracocci
Lien vers: http://www.loiret-nature-environnement.org/zero-pesticide/outils/expo-zero-pesticide.html
traitorange

2. Qu'est ce que la LBCGH ?!

On peut également parler de Lutte Biologique par Conservation et Gestion des Habitats (LBCGH). Cette dernière se place dans une démarche de reconception de l'agroécosystème afin de mobiliser au maximum les processus de régulation naturelle. Elle se différencie de la lutte biologique par son caractère durable. En effet, le but est le maintien des auxiliaires naturellement présents et non leur ajout ponctuel.

La LBCGH se caractérise par la synergie entre deux approches : une régulation descendante « Top down » et une régulation ascendante « Bottom up » :

topdown.png
Lien vers: http://www.osez-agroecologie.org/lutte-biologique-par-conservation-et-gestion-des-habitats
tableauLBCGH
Lien vers: http://www.osez-agroecologie.org/lutte-biologique-par-conservation-et-gestion-des-habitats

traitorange

Et la lutte intégrée alors ?!

La lutte biologique entre dans un cadre plus large, celui de la lutte intégrée qui associe tous les moyens de lutte disponibles :
  • biologique
  • mécanique ou physique (techniques de lutte dont le mode d'action primaire ne fait intervenir aucun processus biologique, biochimique ou toxicologique)
  • thermique
  • cultural
  • voire chimique...
Et qui vise non pas à éliminer totalement les ravageurs, mais à maintenir leur population en-dessous d'un seuil supportable économiquement parlant.
arbresolo
traitorange
avousdejouer
Lien vers: https://goo.gl/forms/GPOCyzkwm2mm7dHG3
traitorange
Ainsi, pour préserver l'environnement, la santé mais aussi réduire au maximum l'utilisation d'énergie fossile au sein de l'exploitation, la lutte biologique est un réel levier, qui mérite une attention toute particulière.

On regroupera sur ce wiki les méthodes et techniques transversales à la lutte biologique, mais aussi des éléments pour aller plus loin !