Mulch et paillage

image Trait.png (1.0kB)

Principe

En agriculture, le paillis, appelé également mulch, est une couche de matériau protecteur posée sur le sol, principalement dans le but de modifier les effets du climat local. Si, à l'origine, le terme dérive évidemment de paille, de nombreux autres matériaux naturels ou synthétiques sont utilisés à cet effet. Le paillage est l’opération qui consiste à mettre en place ce matériau (Source : Wikipedia). Cette technique est utilisée quasiment exclusivement en maraîchage.

Les principaux matériaux utilisés pour le paillage sont :
  • • les débris végétaux : paille, feuilles mortes, BRF, broyats ligneux, cartons d’emballage, tonte de gazon… Les déchets organiques riches en lignine tel que la paille peuvent provoquer des faims d’azote si les cultures sont implantées directement dedans. Afin d’éviter cela, on peut les laisser composter plusieurs mois, ou les mélanger à des matériaux riches en azote. L’utilisation de BRF (Bois Raméal Fragmenté) consiste à pailler le sol avec de jeunes rameaux (<2 ans ou <Ø2,5 cm) d’arbres découpés en petits fragments (source). La tonte de gazon sert de nourriture au sol car elle est très riche et doit donc être utilisée avec parcimonie (limiter à 2.5 cm d’épaisseur). Les cartons seront surtout intéressants lorsque l’on ne dispose pas de suffisamment de débris végétaux.

  • • le plastique : films, bâches tissées ou non,… Il peut être biodégradable ou recyclable. Bien qu’il ne permette pas de fertiliser le sol, il offre une meilleure résistance aux adventices et demande très peu d’entretien en comparaison avec le paillage organique. En général, le paillage plastique se présente sous la forme de fines feuilles de matière plastique, dans lesquelles sont pratiquées des fentes ou des ouvertures pour la plantation. Cette méthode est largement utilisée dans les cultures de légumes professionnelles à grande échelle. Cependant la pollution générée et l'élimination du plastique agricole est un réel problème environnemental.

  • • les fragments de roche (très anecdotique) : Ardoise, pouzzolane, graviers, galets,… Le paillage minéral est plutôt utilisé pour les parterres ornementaux dans les communes. Il possède l’avantage d’être durable (source : MSV).

Les avis sur les matériaux utilisables sont très divers. La manière dont un paillis organique se décompose et réagit sous l'action de l'humidité apportée par la pluie ou la rosée détermine en grande partie son efficacité.

Les paillages organiques servent de couverture du sol mais permettent également de fertiliser le sol ; ce que ne font pas les paillages plastiques.

Le paillage en cours de culture permet de gérer l'enherbement, cependant il est délicat à réaliser car il ne doit pas coucher ou couvrir la culture en place. Il est cependant impossible à mettre en place avec un paillage plastique, il faut le mettre en place en début de saison.
La mise en place de paillage organique se fait souvent à la main, tandis que le paillage plastique est principalement mécanisé grâce à une dérouleuse de plastique :


Intérêts

Le paillage, qu’il soit plastique, organique ou minéral, permet :
- la maîtrise des adventices par occultation
- de favoriser les zones qui reçoivent la lumière
- de diminuer l’érosion du sol
- de diminuer l’évaporation de l’eau/maintenir l’humidité du sol
- d’améliorer la stabilité du sol.
Le paillage plastique permet de réchauffer le sol plus tôt dans la saison et ainsi de semer plus précocement et est plus efficace pour lutter contre les adventices que le paillage organique. Ce dernier permet néanmoins de nourrir et de fertiliser le sol et d’améliorer sa structure au fur et à mesure qu’il se décompose. Le paillage organique à long terme permet de favoriser la vie du sol et d’augmenter significativement sa teneur en matière organique.

Points de vigilances

Les paillages demandent une manutention ou un outillage important pour leur mise en place. Le paillage plastique ne permet pas de fertiliser le sol, il faut donc prévoir de l’enlever pour réaliser les amendements. De plus la pollution générée et l'élimination de ce type de paillage plastique est un réel problème environnemental.
Le paillage organique peut entraîner des faims d’azote lorsqu’il est trop ligneux et demande donc à être bien équilibré. Au printemps, il a tendance à retarder le réchauffement du sol et ainsi à retarder les premiers semis. Il peut également favoriser certains ravageurs des cultures tels que les limaces et les champignons.

Mise en pratique


La technique :

- Le paillage des sols vivant, AdMed
- Comment pratiquer le paillage, ADEME

- http://www.monjardinenpermaculture.fr/pages/le-brf

Regards d’agriculteurs :

- Le paillage en maraîchage, témoignage, OSAE


Vidéos :

- Mulch en permaculture de Permaculture Design :



- Les inconvénients du paillage :



- Le maraîchage sous paillage, témoignage Pierre Besse :