• 5) Un territoire agroécologique

image Trait.png (1.0kB)

  • Mais est ce que le territoire méditerranéen peut être qualifié d’agroécologique ?

  • Qu’est-ce qui définit un territoire agroécologique ?


Selon Wezel et al. (2016) il s’agit d’un « endroit où un processus de transition vers des systèmes agricole et alimentaire durable est en cours. Trois principaux domaines doivent être considérés pour que la transition se mette en place : l’adaptation des pratiques agricoles ; la protection de la biodiversité et des ressources naturelles ; et le développement de systèmes alimentaires intégrés. »

Le pourtour méditerranéen est une zone agricole dynamique, comprenant de nombreux acteurs investit dans l’adaptation des pratiques agricoles; la protection de la biodiversité et des ressources naturelles ; et le développement de systèmes alimentaires intégrés.

Comme définit plus avant, les pratiques agroécologiques se caractérisent par leur volonté de réduire l’impact environnemental de l’agriculture tout en incluant les services écosystémiques dans le cadre de la production agricole.
La protection de la biodiversité et des ressources naturelles quant à elle, passe par la diversité des cultures et élevages, la conservation d’éléments et d’habitat « naturel » pour la faune sauvage, le maintien de réseaux et corridors biologiques, la protection de l’eau et des sols contre les pollutions et contaminants…
Les systèmes alimentaires intégrés quant à eux, se réfèrent à la distribution et consommation post- production des produits issus de l’agriculture bien intégrés dans leur territoire. Les réseaux de distribution considérés écologiques doivent s’ancrer dans une démarche de circuit court (vente directe, de proximité, locale…).

> Une analyse succincte des acteurs présents au sein du territoire méditerranéen français a permis de dresser la carte suivante :

image Carte_des_acteurs.png (0.1MB)
Acteurs de l'agroécologie dans le territoire méditerranéen français divisé par secteurs : adaptation des pratiques agricoles; la protection de la biodiversité; et systèmes alimentaires intégrés.

On peut noter la présence de nombreux acteurs de la transition écologique parmi les 3 catégories citées, montrant que ce territoire possède à minima les bases d’un territoire agroécologique. Au niveau régional, départemental et même national ces acteurs s’organisent en réseaux de collaboration interconnectés qui peuvent être la force motrice de la transition agroécologique.

Les agriculteurs sont représentés au milieu car ils sont le point clef de la transition agroécologique et interagissent avec la totalité des autres acteurs de manière directe ou indirecte.
L’adaptation des pratiques agroécologiques comprend à la fois les agriculteurs et les organismes de recherches et d’enseignements.
Les systèmes alimentaires intégrés comprennent tous les circuits courts et/ou locaux/de proximité : AMAP, magasins de producteurs, marchés, vente à la ferme, primeurs, coopératives,…
La protection de la biodiversité comprend les associations de protection de l’environnement, le réseau NATURA2000, les PNR, les associations de chasseurs, les groupements d’agriculteurs bio ou en transition,…

Ces facteurs font du pourtour méditerranéen un territoire en transition agroécologique et qui est propice à l’installation de projets agroécologiques.